HP et TDAH - Double peine ou double chance ?

Conférence d'Olivier REVOL, pédopsychiatre* à Aix-les-bains, le 23 septembre 2014

De plus en plus d'enfants sont les deux à la fois… Comment les aider ? Comment transformer cet handicap en quelque chose de positif ?

 

Il faut leur apprendre à utiliser leur intelligence pour compenser leur TDAH.

  

Les ressemblances

 

On retrouve les mêmes remarques :

 

- il argumente trop,

- il n'aime pas l'école,

- il ne sait pas attendre,

- il a un chronomètre tatoué sur le bras,

- il n'aime pas écrire...

 

et les mêmes caractéristiques :

 

- l'enseignant-dépendance,

- le désintérêt pour les tâches répétitives,

- le refus de suivre les consignes,

- une grande sensibilité,

- la difficulté à accepter de s'ennuyer,

- un sentiment d'injustice exacerbé*.

 

 * Le HP a une vision bien précise de la norme, de ce qui se fait ou ne se fait pas et est vite scandalisé si on ne la suit pas.

  

Les risques

 

- l'incompréhension,

- l'isolement social,

- la démotivation,

- la perte de l'estime de soi,

- l'échec scolaire.

 

 

Un peu d'optimisme…

 

Beaucoup de choses ont été créées par des TDAH !

 

Les différences

 

Le TDAH

 

Il y a 3 composantes :

 

- l'inattention,

- l'impulsivité,

- l'hyperactivité.

 

Quelques caractéristiques propres

 

 - Les contraintes engendrent de la frustration chez le TDAH,

- une labilité affective,

- la procrastination : c'est le fait de remettre à plus tard ce qui nous est pénible ou difficile, ce que l'on considère comme des tâches bêtes. On essaye de l'éviter et on se surprend même à inventer des tâches qui ne nous soucient guère d'habitude pour se justifier de ne pas pouvoir le faire tout de suite…

 

Le déficit d'attention

 

 - il a des difficultés à se concentrer,

- il est facilement distrait,

- il ne paraît pas nous écouter quand on parle,

- il perd ses objets de travail,

- les filles ont tendance à la rêverie.

 

L'impulsivité

 

- il ne peut se conformer aux ordres,

- il n'attend pas son tour,

- il se précipite pour répondre.

 

L'hyperactivité motrice

 

- il court, il grimpe,

- il s'agite,

- il ne reste pas assis,

- il ne garde pas le silence (il s'arrête et il s'excuse si on lui en fait la remarque mais recommence      presque aussitôt car c'est plus fort que lui),

- il prend des risques.

 

Tout cela entraîne un climat électrique mais aussi…

 

Des troubles de l'apprentissage

 

- une hésitation dans la lecture à haute voix car il est lent à décoder,

- l'inattention entraîne des fautes d'usage (qui sont de plus en plus nombreuses au fur et à mesure de l'exercice),

- le geste graphique est de moins en moins bon au fur et à mesure de la tâche.

 

Le cerveau du TDAH

 

Le cortex préfrontal atteint son épaisseur maximale plus tard que chez les autres enfants, ce qui a toute son importance car cette partie du cerveau est le siège de l'inhibition, qui permet de savoir gérer les distracteurs… cela fait que l'enfant n'arrive pas à :

 

- résister à la tentation,

- filtrer l'information,

- programmer une action,

- prendre une décision.

 

C'est une affection neurologique.

 

Il faut leur faire passer des tests pour évaluer les fonctions exécutives, celles qui servent à planifier, inhiber et connaître la flexibilité mentale de la personne.

 

Le TDAH a une façon de traiter l'information qui est particulière : sa pensée est en boule de flipper…  quand une information lui parvient, il commence à y réfléchir, puis celle-ci se relie avec une autre, qui se relie avec une autre et ainsi de suite… au point que l'enfant finit par perdre sa pensée première et là, il vous redemande quelle était la question !

 

 

Le HAUT POTENTIEL

 

Ses caractéristiques

 

- la précocité intellectuelle,

- l'insistance à se débrouiller seul,

- la rage de maîtriser, d'avoir le contrôle,

- l'hypersensibilité,

- un fort sentiment d'injustice,

- la cascade affective ou hyperémotivité,

- l'excès d'empathie (ces enfants voient comme à travers un microscope à l'intérieur des autres).

  

Les risques

 

Une fragilité émotionnelle

 

 

Empathie (il ressent les émotions des autres)

 

Intuition (il a une sorte de 6e sens)

 

Anxiété (car en vigilance permanente)

 

Dépression (quand il est en phase de désenchantement)

 

 

Des difficultés scolaires

 

- l'ennui : il comprend vite et va plus vite que les autres, il lui faut donc attendre ou subir les répétitions.

 

- le manque de méthode : il a appris tellement facilement qu'il n'a jamais eu besoin de se forcer et ne      se trouvant pas face à une difficulté, il n'apprend pas l'effort,

 

- l'incompréhension des enseignants,

 

- l'effet pygmalion : pour ne plus se sentir différent, ou pour ne plus se faire remarquer, il fait le caméléon « je fais comme les autres pour ne plus être différent ». Il abandonne ses compétences…

 

- une démarche analytique différente et insuffisante,

 

- il développe des stratégies qui lui sont propres, mais pas forcément en correspondance avec le socle commun…

 

 

Le Cerveau du HP

 

Sa pensée est en arborescence : il allume tout d'un coup, ça ne vient pas en cascade comme chez le TDAH.

 

L'IRM fonctionnelle permet de voir les régions du cerveau qui fonctionnent chez chaque enfant. Les  profils hétérogènes n'utilisent pas les mêmes zones que les profils homogènes.

 

Chez l'enfant HP, il se passe quelque chose même au repos…

 

 

Comment faire le diagnostic ?

 

Il faut recréer l'histoire de l'enfant :

 - a-t-il été toujours ainsi ?

- est-ce de partout ?

 

Si oui, il est TDAH. Par contre, s'il ne bouge qu'à partir de l'entrée à l'école, il y a de fortes chances pour qu'il ne soit qu'HP.

 

2 tests indicateurs :

 - l'échelle de Conners : si plus de 15 points positifs et que toutes les personnes qui le remplissent le trouvent hyper en tout, il est certainement TDAH. Par contre, s'il y a des contradictions, que certaines personnes le trouvent hyper en tout et d'autres non, il n'est certainement qu'HP (il peut en effet y avoir des profils de TDAH dus à la précocité).

 - le QI ou WISC donne aussi une idée.

  

Peine ou chance ?

 

Peine si :

 - les compétences et le handicap sont masqués : on rate le côté HP ou on rate le côté TDAH…

 - il est doublement différent… et doublement incompris…

 - si ça en fait un élève peu conscient de ses compétences.

 - il y a une double raison d'avoir des problèmes avec l'écriture : le HP n'aime pas, le TDAH a du mal. Ce problème s'explique par :

 - l'altération de la mémoire de travail,

- la faiblesse dans les fonctions exécutives,

- un trouble de la motricité fine.

  

Mais aussi une chance :

 

* grâce au HP :

 - il comprend intuitivement qu'il faut lutter,

- il comprend les autres et les situations grâce à son empathie,

- il peut se corriger,

- il compense,

- il pressent les risques,

- il sait se manager : il développe des stratégies (on peut lui apprendre le stop-think-go),

- il est capable de se freiner.

  

* mais grâce aussi au TDAH :

 - il apprend l'humilité, qui le protège de la prétention,

- il lui donne de l'audace, son impulsivité lui permet d'oser (le HP, trop anxieux n'ose pas prendre de décisions car il a peur de décevoir).

  

Apprendre à vivre avec

 

En ajustant l'autorité parentale :

 

HP

TDAH

Il ne faut pas être autoritaire : il faut le convaincre, pas le contraindre (sinon, c'est la confrontation,

Il a besoin de fermeté bienveillante : des limites mais aussi beaucoup de compréhension.

Il a besoin d'un mentor.

Il accepte plus facilement l'aide de pairs.

 

 Quand il y a coexistence, il faut leur apprendre à :

 - allier les avantages de l'un et de l'autre : utiliser l'énergie du TDAH et la pertinence du HP.

 - transformer les obstacles en tremplin.

  

Les TDAH ont leur place dans la société : on les retrouve dans tout ce qui est audiovisuel, les médias, le domaine artistique.

  

Un diagnostic précoce a toute son importance. Plus tôt on s’en aperçoit, mieux on peut aider l’enfant (et la famille).

 

Les critères clefs pour un bon accompagnement :

-          Un entourage ferme et bienveillant : à l’école comme à la maison,

-          Une école qui s’adapte,

-          Une bienveillance de l’environnement en général

-          La fiabilité du conjoint (qui s’adapte à la situation aussi).

 

* Olivier REVOL est pédopsychiatre et responsable du Centre référent du trouble des apprentissages à l'hôpital neurologique de Bron.

Il est aussi l'auteur de plusieurs ouvrages, dont le livre "On se calme ! Mieux vivre avec l'hyperactivité".

 

Cette conférence était organisée par l'association ANPEIP (Association nationale pour les enfants précoces)

Commentaires (3)

myriam-garcia
  • 1. myriam-garcia (site web) | 17/10/2016

Bonjour,

J'espère que vous avez trouvé de l'aide depuis...

Je suis à présent bénévole pour l'association TDAHP Partout pareil, et je vous invite à nous rejoindre sur notre groupe de discussion : nous pourrons vous y apportez des réponses, et même peut-être vous guider vers de bons thérapeutes.

https://www.facebook.com/groups/TDAH.Traitements/

Bien cordialement.

myriam-garcia
  • 2. myriam-garcia (site web) | 04/07/2016

Je ne suis pas une spécialiste... juste une maman qui partage ses lectures et ses connaissances acquises.

Contactez-moi par mail, si vous voulez, je pourrais peut-être vous guider un peu.

Si vous avez des doutes sur le TDAH, lisez la rubrique qui y est consacrée et si les doutes sont de plus en plus forts, il faut éliminer ce doute en faisant passer le test à votre enfant. Il est possible qu'il ait compensé jusque-là et n'y arrive plus.

maignant steven
  • 3. maignant steven | 30/06/2016

bonjour,

je viens enfin plus précisément nous (ma femme et moi-même) vers vous car on ne sait plus vers qui se tourner concernant notre fils détecté précoce a l'age de 6 ans (actuellement il en a 9, il est en CE2 et passe en CM1).

les difficultés augmente au fil des années difficultés familiales, sociales, scolaires (ce qui physiquement et moralement éreintant).

il est suivi par une neuropédiatre, a était suivi par un pédopsychiatre (après quelques séances le pédopsy ne voyait pas l’intérêt de le revoir).

je voudrais juste des conseil même si je me trompe et que je dois être remis en cause.

je retrouve ici dans l'article HP et TDAH énormément de signes reconnaissant même souvent mon fils a travers eux (sans pour autant croirequ'il est le TDAH).

mais que faire lorsque l'on est complétement perdu face a ce problème qui pour nous s'apparente a un vrai handicap pour lui comme pour nous?

comment faire pour avoir, ou trouver une structure scolaire adaptée a lui lorsque la logique de l’éducation nationale n'est pas appropriée?

j'ai tellement de question sans réponse que je ne sais pas par ou commencer.

j'ai en ma possession un compte rendu détaillé de la professeur de mon fils que je pourrais vous faire parvenir par mail.

merci d'avance d'avoir prit le temps de me lire.

cordialement.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 11/05/2015

×