TDAH et TSA

TDAH et TSA (Trouble du Spectre Autistique) sont-ils compatibles ? Comment les différencier ?

TDAH et TSA peuvent-ils cohabiter ?

Oui ! Le DSM-5 reconnaît la comorbidité possible de ces 2 troubles. Cette "association peut être liée à une atteinte cognitive plus importante que dans le TDAH isolé". On peut même parler de deux groupes différents :

- un où le TDAH domine (problème de mémoire de travail plus marqué),

- un autre avec un TSA prédominant (le profil cognitif est alors plus caractéristique des TSA : difficultés de reconnaissance des expressions faciales et surfonctionnement perceptif).

Il y a encore trop peu d'études sur cette comorbidité, et il reste à la préciser. Les profils cognitifs et neurologiques étant tellement similaires, il est possible que cela ait un peu prêté à confusion.

Il est fréquent que l'on demande un dépistage de TSA sur des enfants ayant déjà un diagnostic de TDAH, notamment quand l'enfant rencontre des difficultés vraiment importantes et qui ne s'amenuisent pas avec le suivi recommandé. Il va falloir alors arriver à distinguer les symptômes de l'un et de l'autre, et ceux qui découlent de l'un ou l'autre.

 

Les caractéristiques communes :

- habiletés sociales faibles,

- retard de langage,

- hyperréactivité sensorielle,

- problèmes d'attention,

- comportement opposant,

- problèmes de régulation émotionnelle.

 

Certaines études montrent aussi :

- des facteurs génétiques partiellement similaires,

- des syndrômes qui les associent :  le syndrôme de l'X fragile et le syndrôme vélocardiofacial.

 

Si les cerveaux des personnes avec TDAH et TSA sont différents (l'épaisseur du cortex dans certaines régions est augmenté dans les TSA, diminué dans le TDAH), certaines anomalies se retrouvent dans les deux cas.

 

On a constaté des altérations du fonctionnement exécutif dans le TDAH comme dans le TSA, mais avec quelques différences :

TDAH TSA

- atteintes de l'inhibition (savoir réfléchir avant de répondre),

- attention soutenue (aller jusqu'au bout de la tâche),

- mémoire de travail (garder en tête l'information nécessaire),

- planification (savoir organiser).

- planification,

- flexibilité (quelles règles appliquer).

 

 

Plusieurs études ont montré le même type de singularités dans le fonctionnement social du TDAH que dans le TSA.

 

Les différences

Le côté le plus distinct entre le TDAH et le TSA est celui du surfonctionnement perceptif : les capacités de détection, de discrimination sont plus élevées et plus orientées sur le détail dans le TSA que dans la population classique, et c'est une particularité non observée dans le TDAH.

 

Les symptômes du TSA dans le TDAH

* Difficultés d'interaction sociale : 

- manque d'attention aux sentiments des autres,

- difficultés relationnelles.

* Répertoire restreint et stéréotypé d'activités et d'intérêts (mouvements stéréotypés des mains ou du corps).

* Problèmes de communication non verbale :

- difficultés à initier ou maintenir une conversation,

- bizarreries du langage.

 

Tout ceci peut s'expliquer seulement par le TDAH :

- l'inattention peut entraîner un manque d'indices sociaux (l'enfant est souvent dans sa bulle),

- l'impulsivité fait que l'on ne sait attendre son tour pour parler, ne sait pas comment agir pour ne pas déranger, ou savoir réagir correctement à la frustration vécue,

- l'hyperactivité rend difficilement supportable les activités organisées et l'enfant est souvent éviter ou rejeté...

 

Les réactions expliquées par chaque trouble :

Observations TDAH TSA

"il ne tient pas compte des autres dans la conversation"

- il impose son point de vue,

- n'écoute pas les autres,

- n'a que son idée en tête.

- la conversation est-elle fastidieuse, trop longue pour un impulsif ?

- y-a-t'il beaucoup d'informations, difficilement assimilables à cause du trouble attentionnel ?

 

Elle est informelle ou personnelle mais :

- ne comporte peu d'information "objective" (réciprocité socio-émotionnelle) ?

- réoriente-t'il la conversation vers des sujets spécifiques ?

- répète-t'il souvent les mêmes phrases dans ses réponses ?

"il tient des propos inappropriés embarrassants" - répond-t''il trop vite (il ne prend pas le temps de réfléchir ?) - il pense que toute vérité est bonne à dire (pas ou peu d'empathie ou connaissances sociales inadéquates)
"il ne regarde pas dans les yeux"

- y-a-'il trop de distractions autour de lui ?

- est-il dans une phase d'opposition ?

- parce qu'il en présence de personnes inconnues (anxiété sociale commune aux deux troubles)

- parce qu'il est en présence de personnes inconnues ?

- évitement du regard peu prévisible, même en situation de plaisir partagé, de coopération (altération de la communication non verbale).

"il se tortille les doigts, se balance" - il s'impatiente : fait tourner une mèche de cheveu, tapote la table, tripote des crayons, fait trembler sa jambe... (instabilité motrice)

- caractère très répétitif et prolongé,

- mouvement d'allure inhabituelle, étrange (fait bouger les doigts en ciseaux) ou suggérant une recherche de stimulation sensorielle (intérêts sensoriels inhabituels),

- mouvements inhabituels (hand flapping).

"il a des difficultés dans les moments de transition, avec les routines" - est-ce des difficultés à se souvenir et à maintenir la routine (défaut d'attention) ?

- cherche-t'il à tout prix à maintenir sa routine ?

- s'oppose-t'il à ce qu'elle change ?

 

Les symptômes du TDAH dans le TSA :

- L'hyperactivité peut seulement se révéler dans des stérétotypies motrices intenses.

- L'inattention peut se résumer à un désintérêt social ou à des préoccupations pour des centres d'intérêt ou des objets qui lui font occulter le monde qui l'entoure.

Si ça se résume à ceci, il n'y a guère d'intérêt à faire une recherche de TDAH...

 

TDAH et TSA ont souvent d'autres troubles comorbides : troubles des apprentissages, troubles affectifs, troubles du comportement. Il est essentiel d'affiner le diagnostic par des bilans intellectuel, langagier et moteur. Il est utile de faire les deux diagnostics quand le premier n'explique pas suffisamment l'enfant et ses réactions, ou que la prise en charge recommandée ne semble pas assez efficace chez celui-ci.

Il est important d'être précis si l'on a un doute, car la prise en charge sera différente si l'enfant a un seul des troubles ou réunis les deux.

***************************************************

Cet article a été fait grâce au chapître n°27 de l'excellent livre "Aide mémoire du TDAH - en 57 notions" du Dr Bange - chapître intitulé "Autiste et hyperactif ?" et rédigé par Baudoin Forgeot d'Arc, Psychiatre et Professeur à Montréal ; (il sera affiné et complété au fur et à mesure de mes lectures).

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 27/06/2016

×