Pourquoi est-il si difficile ?

En quoi la précocité peut rendre un enfant difficile ?

Voici la vidéo qui nous a mis sur la bonne voie...

C'est vrai, le titre peut faire peur mais quand vous nagez dans l'incompréhension et que vous faites face à un petit gars de 4 ans 1/2 qui ressemble plus à un ado qu'à un enfant de son âge, vous cherchez des réponses !

Et cette vidéo m'a permis de comprendre ce qui pouvait se passer chez mon petit homme... et m'a aidé à comprendre une "spécialité familiale", dirons-nous... Visionnez-la, sans a priori !

C'est une interwiew du Docteur Olivier REVOL, pédopsychiatre et chef de service de l'Hôpital neurologique de Lyon (centre référent du trouble des apprentissages). Intervient aussi Jean-Daniel NORDMANN, fondateur de l'école La Garanderie.

http://www.maxtv.ch/videos/vod/placepublique2012-20

 

Encore un grand merci à l'Asep Suisse qui avait organisé cet interwiew qui nous a mis sur la bonne voie...

 

Une nouvelle vidéo toute fraîche que je vais résumer ainsi : facile d'être un HP ? Pourquoi avoir un enfant HP peut être difficile ? Comment les suivre ?

Oui, le Dr REVOL l'affirme : on peut se douter que son enfant est précoce dès qu'il son plus jeune âge. Ce reportage nous explique aussi l'hypersensibilité, l'hyperémotivité, le besoin énorme d'attention, d'affectivité, la difficulté d'adaptation à l'école, le besoin d'un saut de classe, la boulimie intellectuelle, le décalage que l'enfant peut présenter face à ses pairs...

Pourquoi est-ce difficile à l'arrivée à l'école ?

Parce que c'est à ce moment-là que l'enfant se rend compte du décolage avec ses pairs. Il pense aller à l'école pour apprendre à lire dès ses 3 ans, et il est aussitôt déçu. C'est un des signes de la précocité, en plus de l'attitude de l'enfant dans la vie quotidienne et son histoire.

Comment le confirmer ?

En passant un test de QI. C'est une évaluation psychométriques des capacités intellectuelles de l'enfant, dans différents domaines, de ses points forts et de ses points faibles. En principe, on en passe un seul, sauf si on comprend que l'enfant n'était pas disponible à ce moment-là ou n'a pas donné son maximum, on peut le refaire.

Ce n'est pas une épreuve, ni un examen et rarement désagréable pour l'enfant mais plutôt plaisant, même.

L'enfant opposant peut perturber l'examen parce qu'il n'a pas envie de le faire, mais les psychologues ont l'habitude pour gérer ce genre de situation (ou on attend le bon moment).

C'est la base du diagnostic. Il ne s'agit pas d'un chiffre global, il s'agit de découvrir les différents points forts et les points faibles de l'enfant, ce qui intéresse la psychologue, ce sont les points où il est à l'aise et moins à l'aise. On met ensuite en perspective le portrait et l'histoire de l'enfant.

C'est génétique ?

Oui. Il y a un terrain génétique favorable et ce que l'environnement en fait.

Statistiquement il y a 2 garçons pour une fille mais dans la réalité, il y en a certainement autant mais les filles le cachent : qu'elles soient agitées, anxieuses ou précoces, elles ne montrent pas leur différence (ce qui entraîne des manques de diagnostic chez les filles).

Qui consulter ?

La première chose à faire, c'est passer le test de QI, puis consulter un psychologue spécialisé ou, si la situation est grave un pédopsychiatre spécialisé aussi.

Mais quel est le problème ?

Il est avec les autres, quand il se confronte à ses camarades, cette sensation de décalage explose.

D'où viennent les difficultés scolaires ?

- ennnui

- manque de méthode

- pensée qui va trop vite, au point qu'il ne sait expliquer ses résultats,

- hypersensibilité

- anxiété.

http://www.pourquoidocteur.fr/c-notre-sante-tv/9-Enfant-a-haut-potentiel-comment-les-suivre

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 27/06/2016

×