Définition

Le syndrôme d'Asperger

La vidéo de Super Pépette (j'adore cette jeune femme pleine de franchise) :

https://www.youtube.com/watch?v=AztIvuJ9WK0


 

Comment fonctionne le cerveau d'un Asperger ?

Une explication par le Dr Lemmonier 

"Pour traiter simultanément plusieurs informations, il faut pouvoir les hiérarchiser les unes par rapport aux autres, et c'est ça qui ne marche pas dans l'Autisme et le syndrôme d'Asperger. c'est cette capacité à hiérarchiser. Du coup, ils traitent les informations séquentiellement, une par une." Quand on traite une information, même deux ou trois, on n'a pas besoin de hiérarchiser, l'Asperger de haut niveau peut, une fois adulte, en traiter 3 en même temps mais au-delà, c'est impossible. Le fait de ne pas pouvoir le faire a des conséquences importantes :

- le langage est polysémique : on parle car on a une représentation mentale de nos mots. Si on dit le mot fleur, on imagine une fleur. Si on dit fleur-enterrement, on pense à chrysanthème et au dernier enterrement auquel on a assisté, à la tombe qu'on a fleurie. C'est la hiérarchisation. Les autistes asperger n'arrivent pas à ça.

- les apprentissages implicites, car ils dépendent du contexte, et il faut hiérarchiser ces éléments du contexte. 

 

La hiérarchisation est quelque chose de compliqué : dans un même contexte, il y a des informations auditives, visuelles, olfactives à hiérarchiser dans différents endroits du cerveau. Les niveaux de hiérarchisation seront en plus différents.

 

Il est donc très difficile pour la personne autiste ou Asperger de comprendre :

- l'implicite,

- la nuance,

- le second degré,

- l'intention de l'autre (qui peut changer à tout moment selon les circonstances),

- faire attention à plusieurs choses en même temps.

 

le lien à la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=URKiYn2HhYQ

 

Asperger : êtres d'exclusion ou d'exception ?

Une conférence du Dr Baudoin FORGEOT D'ARC, Psychiatre et Chercheur à Montréal 

"Le Trouble du Spectre Autistique est une association de particularités de fonctionnements, de dysfonctionnements à la fois sur le plan social et sur des aspects non sociaux du comportement."

 

Les caractéristiques

Sur le plan social

- la réciprocité :

  • Dans la conversation : ce n'est pas forcément un retrait ou un évitement d'interaction avec les autres mais une limitation de la réciprocité ; la conversation va être difficile car la personne  ne donnera pas d'indices, ne laissera pas un tour de parole dans la conversation, la focalisera à ses intérêts et ne relancera pas sur les autres.
  • Dans les affects ou émotions : difficulté à s'ajuster sur le plan émotionnel à son interlocuteur.
  • Diminution de l'initiative sociale.

- la communication non verbale :

  • Le contact visuel : on utilise le regard pour rechercher des indices de l'attention des autres (ce qu'ils regardent, ce qui les fait réagir), chercher à établir une complicité, un lien. Les personnes ayant un TSA ne le font pas ou moins, ils apprennent parfois à l'utiliser petit à petit et l'utiliseront mais ce contact visuel sera moins modulé ou avec moins d'échanges d'affects ou d'émotions.
  • Le langage corporel : ils utilisent moins les mains, la mimique, la posture.

- les relations :

  • Ils établissent moins de relations qui sont en rapport avec leur niveau de développement ; elles sont très atypiques et ils ont du mal à établir des relations qui ressemblent à ceux de leurs pairs.
  • Le jeu d'imagination partagée : n'imagine pas de scénarios avec leurs petits personnages ou alors en imagine mais ne le partage pas, ou, s'il le partage il faudra que l'autre personne se conforme exactement au même scénario, il n'y aura pas de variation possible, pas de possibilité pour l'autre de donner ses idées, il ne peut pas le suivre.

 

https://www.youtube.com/watch?v=jVAQUSEc6ec

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 23/02/2016

×